Hyperpilosité chez la femme, hirsutisme : causes et solutions

par Véronique | 19 septembre 2022 | Dermatologie

L’hyperpilosité chez la femme constitue un problème esthétique majeur et provoque une réelle souffrance psychologique. En-dehors de cet aspect, le développement excessif du système pileux féminin peut nécessiter un bilan hormonal car l’hyperpilosité peut révéler une maladie associée.

Qu’entend-on par hyperpilosité ?

La notion d’hyperpilosité, autrement dit d’excès de poils, est difficile à définir car elle reste en partie subjective. La pilosité varie considérablement d’un individu à l’autre, en fonction du phénotype de chacun. Ainsi, on constate que les personnes très brunes possèdent une pilosité généralement plus développée que les personnes blondes ou rousses.

L’hyperpilosité se traduit par un développement exagéré des poils, tant sur le corps que sur le visage. Mais elle est loin d’être associée systématiquement à une maladie. La frontière entre une hyperpilosité et un hirsutisme est parfois difficile.

Une hyperpilosité sévère nécessite une consultation chez le dermatologue et/ou le gynécologue afin d’en déterminer l’origine.

Qu’est-ce qu’une pilosité normale pour une femme ?

Avant la puberté, les poils sont surtout situés sur les avant-bras et les cuisses des petites filles.

La pilosité se développe à la puberté sous l’effet de la production d’hormones mâles (androgènes) par les ovaires et les surrénales. Des poils apparaissent au niveau des aisselles, du pubis avec un débord possible sur les cuisses, la ligne sous ombilicale, et autour des mamelons. Le duvet de la lèvre supérieure peut devenir plus visible. Ces modifications ne sont pas pathologiques.

A la ménopause, l’arrêt de la production d’œstrogènes peut induire l’apparition de poils sur le menton ou la lèvre supérieure.

Comment différencier l’hyperpilosité de l’hirsutisme ?

Quels sont les signes de l’hirsutisme ?

L’hirsutisme est clairement une maladie qui doit être explorée. Elle se traduit par la survenue de poils sur des zones inhabituelles chez la femme comme le menton et le cou, la lèvre supérieure, entre les seins au-dessus du pubis. Ces poils peuvent avoir une épaisseur comparable aux poils masculins ; on parle lors de virilisme pilaire.

L’hirsutisme peut s’accompagner d’autres signes comme l’acné, des troubles du cycle ou une chute de cheveux.

Pour évaluer le degré de gravité de l’hirsutisme, on utilise le score de Ferriman et Galway. Cette échelle classifie la densité de poils sur chaque partie du corps concernée, et donne une note générale.

Qu’est-ce que l’hypertrichose ?

L’hypertrichose se manifeste par une hyperpilosité du corps et du visage, et touche à la fois les hommes et les femmes, contrairement à l’hirsutisme.

L’excès de pilosité peut affecter quelques zones de la peau, mais s’étend parfois sur toute la surface corporelle, y compris la face. Cette forme d’hypertrichose, heureusement rare, se révèle très impressionnante et très handicapante pour les personnes atteintes.

L’hypertrichose peut être congénitale ou acquise. Des traitements existent, selon les causes et les formes de la maladie. L’épilation et la décoloration sont employées comme traitements symptomatiques.

Quelles sont les causes de l’hyperpilosité féminine ?

Il existe plusieurs causes possibles, à l’origine d’une hyperpilosité chez la femme.

L’hirsutisme, une masculinisation de la femme

L’hirsutisme constitue l’un des principaux symptômes du syndrome d’hyperandrogénie. Ce trouble hormonal provoque une augmentation des androgènes dans la circulation sanguine.

La sécrétion d’androgènes chez la femme provient principalement des ovaires et des glandes surrénales.

Pourquoi l’hyperandrogénie apparaît-elle ?

Une présence trop élevée d’hormones mâles dans le sang peut survenir à la suite de la prise de certains médicaments. On pense plus particulièrement aux anabolisants et aux pilules contraceptives de première génération, dotées d’un taux élevé de progestérone.

Des pathologies, telles que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), une tumeur touchant les glandes surrénales ou l’hypophyse, se révèlent également responsables de l’apparition d’une hyperandrogénie chez la femme.

L’hirsutisme est à différencier de l’hyperpilosité féminine qui résulte parfois d’une sensibilité exacerbée du système pileux à un taux, pourtant normal, d’androgènes. Cet hyperpilosité d’origine souvent familiale, car d’origine génétique, concerne plus spécialement certaines populations du bassin méditerranéen ou d’Asie du Sud.

Comment traiter l’hirsutisme ?

Le médecin dermatologue doit d’abord établir un diagnostic pour différencier un cas d’hirsutisme pathologique d’une simple pilosité excessive. Il prescrit alors un dosage hormonal. En cas de bilan anormal, des examens biologiques complémentaires seront nécessaires.

Si une maladie est détectée, comme une tumeur surrénalienne ou un SOPK, celle-ci recevra un traitement, qui remédiera au développement de nouveaux poils mais nécessite parallèlement des séances d’épilation électrique ou de laser épilation pour éliminer les poils déjà présents.

L’hyperpilosité est-elle grave chez la femme ?

La mode actuelle ne tolère pas le moindre poil en trop sur le corps féminin. Les femmes vivent alors très difficilement le fait d’assumer un système pileux trop exubérant.

La période de l’adolescence, déjà si compliquée, risque également de mettre les jeunes filles, atteintes de pilosité abondante, à l’écart des autres. L’hyperpilosité expose à l’isolement et à l’anxiété sociale qui en résulte.

Dans le cas d’un développement rapide et subit d’hirsutisme, associé à des signes de virilisation, une consultation médicale et un bilan hormonal s’imposent.

Les solutions du DermoMedicalCenter pour traiter l’hyperpilosité chez la femme

Le traitement médicamenteux de l’hirsutisme se complète par des soins de médecine esthétique. Ceux-ci permettent de faciliter l’attente des premiers résultats, qui peut prendre plusieurs mois.

Au DermoMedicalCenter, nous disposons de deux techniques qui permettent d’éliminer les poils disgracieux. Il s’agit de l’épilation électrique réservée aux poils très fins, blonds ou qui sont le résultat d’une repousse paradoxale après laser. Pour toutes les autres zones, la technique idéale est l’épilation laser . Au DermomedicalCenter, nous disposons du laser Nd Yag Alexandrite®. Cette méthode d’épilation performante permet de traiter tous les phototypes.

De plus, son efficacité se portant exclusivement sur les poils très foncés, il convient particulièrement à l’épilation des zones touchées par l’hirsutisme. L’épilation sur le visage requiert plus de séances que sur le corps pour obtenir un résultat satisfaisant.

Plusieurs séances d’épilation sont nécessaires pour réduire la pilosité. Ainsi, au fur et à mesure des séances, le laser endommage le poil dans sa structure. Celui-ci repousse de plus en plus fin sur les zones traitées, et finit par disparaître ou à ne laisser qu’un duvet.

Grâce à son innocuité et à son efficacité, l’épilation au laser reste la solution la plus intéressante pour en terminer avec l’excès de poils.


Partager cet article sur     Twitter   Facebook


Dans la même catégorie