À la plage ou à la campagne, comment éviter les bobos de l’été ?

par Véronique | 3 août 2021 | À la une

Se protéger des bobos de l’été, dont quelques-uns peuvent se révéler plus graves demande de rester attentif, alors que les vacances poussent au lâcher prise. Voici quelques conseils pour Une bonne occasion de préparer votre trousse de secours avant de partir.

Quels-sont les bienfaits et les risques du soleil ?

Les bienfaits de l’exposition solaire se résument à l’amélioration de l’humeur générée par la lumière et là a synthèse de vitamine D. La vit D est indispensable pour avoir des os solides. Le corps fabrique la vit D partir de deux sources : l’apport alimentaire ou l’activation d’un précurseur de la vit D dans la peau lors de l’exposition aux UVB. 70% de la vit D est synthétisée grâce à l’exposition aux UVB . Mais  3 promenades de ½ heure par semaine habillé normalement, pendant la période ensoleillée, suffisent à fabriquer un taux correct de vit D

Les effets négatifs de l’exposition solaire sur la peau sont désormais bien connus avec l’induction de cancers cutanés par le rayonnement UV du soleil.  Il est donc nécessaire de bien se protéger du soleil.

Comment prévenir un coup de soleil ?

Très faciles à mettre en place, ces conseils vous aideront à passer de belles vacances :

  • On s’expose très progressivement au soleil, le matin avant 11 heures ou après 16 heures.
  • On applique une dose généreuse de crème solaire UVA/UVB sur le corps et le visage, et surtout on renouvelle l’application toutes les 2 heures.
  • On choisit l’indice du produit solaire en fonction de votre type de peau. Plus celle-ci sera claire, plus l’indice sera élevé.

Si vous souhaitez partie en vacances avec déjà la couleur du bronzage, les produits autobronzants peuvent se révéler utiles. Cependant, ces cosmétiques ne contenant pas de filtres anti-UV, ils ne vous protègent pas du soleil et l’application d’un produit solaire reste indispensable.

Par ailleurs, le port d’un vêtement léger ou de vêtements techniques anti UV pour les plus petits, en plus du chapeau, et des lunettes, les préservera des ardeurs du soleil. Ces simples gestes figurent parmi les meilleures protections solaires pour les enfants, et réduit la survenue d’un cancer de la peau à l’âge adulte.

Une allergie au soleil : la lucite estivale bénigne

La lucite estivale bénigne (LEB) affecte plus spécialement les femmes, âgées de 25 à 35 ans, et touche le décolleté, les bras ou le dos. Heureusement, cette dermatite épargne le visage.

L’éruption se produit après les premiers bains de soleil, avec l’apparition de petits boutons rouges surgissent, comme un granité sous la peau, provoquant de très fortes démangeaisons. Affection à caractère récidivant, la LEB risque de revenir de manière récurrente lors des premières expositions.

Comment éviter l’apparition de la lucite estivale ?

On recommande de s’exposer très progressivement aux rayons solaires, lors des premières expositions et d’utiliser des crèmes, dotées d’un très haut indice de protection contre les UV, SPF 50+.

Pour soulager le prurit, le médecin prescrit des antihistaminiques ou, pour les cas plus sérieux, des dermocorticoïdes et bien sûr, on se met à l’ombre.

Moiteur et chaleur, les amies des champignons de l’été

Les fortes chaleurs, amplifiées par un taux d’humidité important, présentent toutes les conditions pour favoriser le développement des mycoses cutanées.

Le pityriasis versicolor, des taches inesthétiques sur la peau

Malassezia furfur, tel est le nom du champignon, à l’origine du pityriasis versicolor. Habituellement, il ne pose pas de problème car il vit en harmonie avec la flore cutanée.

Toutefois, en été, la chaleur humide favorise sa croissance et des taches viennent alors envahir le thorax, le dos, l’abdomen, le cou. Souvent des petites plaques chamois plus rosée, saumonée ou brune sont présentes sur la peau dès le printemps, et elles vont empêcher le bronzage. C’est pourquoi si on ne traite pas le champignon avant de s’exposer, les taches deviennent blanches.

Comment traiter le pityriasis versicolor ?

Une fois la maladie confirmée, des soins antimycosiques locaux guérissent les formes légères, sous forme de lotions moussantes.

La maladie ayant une tendance à récidiver tous les printemps, il est important d’appliquer des mesures strictes d’hygiène, ainsi que l’emploi de savons adaptés.

L’intertrigo, une affection tenace de la peau

L’humidité et la chaleur favorisent l’apparition d’un autre type d’inflammation de la peau : l’intertrigo.

Elle concerne les endroits du corps présentant des plis, comme le dessous des seins, l’abdomen ou encore la région de l’aine. Le surpoids peut favoriser la macération au niveau des plis.

Les plis cutanés macérant dans une humidité constante, il n’est pas rare qu’une infection bactérienne ou fongique vienne s’installer.

La pratique sportive cause également la survenue d’une forme d’intertrigo chronique : le pied d’athlète.

Comment soigner l’intertrigo ?

Le diagnostic établi, des soins locaux antibactériens ou antifongiques, associés à des produits asséchants, sont administrés.

Par ailleurs, réduire la transpiration des pieds par le port de chaussures aérées, constitue un bon moyen de prévenir le pied d’athlète ainsi que de changer de chaussures régulièrement.

Porter un maillot mouillé en été, une mauvaise habitude

Garder trop longtemps une tenue de bain humide occasionne souvent des problèmes au niveau de la zone vulvo-vaginale.

Que ce soit à la piscine ou à la mer, l’eau contient de nombreux micro-organismes. En macérant avec le tissu détrempé du maillot, la région vulvaire se retrouve alors confrontée à des risques d’infection urinaire ou vaginale.

En cas de démangeaisons ou de pertes inhabituelles, une consultation médicale s’impose.

Quels-sont les animaux à éviter à la mer et à la campagne ?

Passer de bonnes vacances nécessite de prendre ses distances vis-à-vis de quelques animaux.

Baignades et animaux marins

De nombreuses espèces marines sont génératrices de piqûres ou de morsures pour les vacanciers.

Les méduses, gracieuses et dangereuses

Qu’importe votre lieu de séjour, vous risquez de rencontrer leur silhouette vaporeuse lors de vos bains de mer. Les plus venimeuses vivent dans les régions tropicales, les piqûres de méduses s’avérant moins graves dans les régions tempérées.

On ne frotte pas la peau en cas de piqures de méduses pour enlever les résidus restés sur la peau car cela ’augmente la douleur. On laver la plaie avec de l’eau tiède ou chaude. N’hésitez pas à consulter un spécialiste si les effets persistes.

Le sable des plages, un repaire pour les parasites

Le sable regorge d’une multitude d’agents pathogènes. Aussi, quand on souhaite s’allonger sur la plage, il est recommandé de s’isoler du sol avec une serviette ou même mieux avec un matelas.

Et pour les promenades, porter des chaussures aquatiques protégera les pieds de possibles contaminations.

Les piqûres d’oursin, sources d’infections cutanées

Toute piqûre d’oursin doit être systématiquement désinfectée. Si l’épine n’est pas cassée on la retire avec une pince , afin d’empêcher son déplacement vers les couches profondes de la peau et la surinfection fréquente.

Un lavage de la plaie au vinaigre pendant plusieurs jours donne également des résultats. Le médecin pourra aussi prescrire un traitement antitétanique préventif.

Les piqûres de vive, très douloureuses

Ce poisson venimeux se dissimulant sous le sable, il est très facile de marcher dessus sans s’en apercevoir.

La douleur occasionnée par sa piqûre se révèle d’une intensité extrême. Pour la calmer, l’utilisation de la chaleur reste un moyen efficace. Avec un briquet par exemple. Toutefois, si les symptômes ne diminuent pas au bout de quelques heures, une consultation médicale est nécessaire.

Une promenade à la campagne, mais sans piqûres

Si la campagne paraît plus tranquille que la mer, certains insectes pourraient quand même venir vous importuner notamment les moustiques et leurs piqûres. Pour vous promener plus tranquillement, il est préférable de :

  • Porter des tenues à manches longues, un pantalon et des chaussures couvrantes.
  • S’abstenir de parfums et de couleurs trop chatoyantes.
  • Effectuer un auto examen de la peau après une excursion et vérifier qu’aune tique n’est présente.
  • Rester éloigné des zones de végétation très dense.

Ces précautions de base, qui deviendront vite des réflexes, sécuriseront votre séjour.


PARTAGÉ CET ARTICLE :


Articles en relation à la catégorie : À la une

Besoin d'informations complémentaires ?




Contactez-nous